FR | EN
 
 
BIOGRAPHIE
Jean Doucet oeuvre toujours dans la tradition artisanale avec le respect des métiers liés à l’Art et à des savoirs faire souvent ancestraux. La Maison Jean Doucet tire sa force du multiculturalisme.
Le couturier adore les voyages, les découvertes et la nature. Ses collections s’inspirent en partie de ses périples et de ses rencontres.
 
Très à l’écoute de ses clientes, il se complait à les surprendre en présentant des créations en accord avec ses convictions : des confections élaborées avec des tissus nobles, issus de matières naturelles souvent retravaillées et brodées.
 
Depuis ses premiers pas, auprès des grands couturiers parisiens : Dior, Patou, Chanel, Ungaro, Paco Rabanne, Jean Doucet travaille dans la plus pure tradition "Haute Couture" et s'adresse à toutes celles qui recherchent l'élégance et l'exception.
 
Puisant son inspiration au tréfonds des cultures du monde, de l’Asie à l’Afrique… il mélange de matières nobles et naturelles, mousseline de soie, satin, taffetas, organza, gazar, mais aussi crin de cheval, rafia, bazin, toiles brutes, broderies, perles, fils de cuivre, fils d'or et d'argent, cristal… Jean Doucet sublime ces matières « brutes », naturelles, dans un style ultramoderne pour les femmes d'aujourd'hui.
 
De 1998 à 2006, il est le partenaire officiel du Comité Miss France, au service des plus belles femmes françaises.
Amoureux du continent africain qu’il parcoure depuis de longues années, le couturier habille les premières dames, les stars, les grands mariages… Récemment, la compagnie aérienne Equatorial Congo Airlines (ECAir) lui a demandé de réaliser les uniformes de son personnel naviguant commercial.
 
Couturier aux doigts d'or, donnant corps à l'éternel féminin, Jean Doucet réalise des robes de princesse d'un jour, d'une nuit, pour la vie. Plébiscité par le monde du spectacle, Jean Doucet, spécialiste du « sur-mesure », a su séduire une clientèle internationale par le choix des matières, le glamour, la douceur et l’esprit du détail.
 
Avec lui, « la jolie Madame » devient audacieuse et l'allure se décline en mode « couture ».